Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2012

Bientôt une crèche à Saint-Cergues ?

 

Un article du messager relatant le projet de créche "intercommunale" entre les communes de Machilly, Juvigny et Saint-Cergues

agglo,crèche,saint-cergues,machilly,juvigny

Sur l'agglomération annemassienne, les sociétés qui proposent des solutions clé en main pour créer et développer des crèches ont trouvé un terreau fertile.

Leurs clients sont des entreprises, mais aussi les communes qui n'arrivent pas à répondre à la demande.
Le projet est prêt, il n'attend plus que la confirmation du nombre d'enfants attendus pour occuper les places.
Autant dire une quasi formalité. Sur le site Altea de Juvigny, à la lisière de la zone d'activités de Ville-la-Grand, la société "People & Baby" va ouvrir une crèche de 30 places au premier trimestre 2013. Une première date d'ouverture avait été fixée en septembre 2012 mais en raison d'un problème de terrain, la structure n'a pu ouvrir ses portes à ce moment-là. Il reste cependant une condition à son ouverture : celle de commercialiser la moitié des berceaux avant juillet. Huit ont déjà été achetés par des collectivités et deux autres par l'entreprise Mecasonic. Il reste donc cinq places à acheter d'ici l'été pour confirmer la création de cette nouvelle structure. Chez People & Baby, on est plutôt confiant. « Même si pour l'heure nous n'avons démarché que des entreprises sur Altea et la zone d'activité, nous nous adressons à toutes les entreprises de l'agglomération d'Annemasse », indique Sandrine Dietrich, chargée d'étude et de commercialisation.
Déjà implantée dans la région (lire encadré), P & B va investir 1,2 millions d'euros dans ce projet annemassien. Située à l'entrée du site, cette crèche disposera de sa propre cuisine et de 500 m² dédiés aux enfants. La société prévoit une durée d'amortissement de vingt ans. Peut-être moins.
« Les structures que nous réalisons sont facilement et rapidement extensibles », indique Sandrine Dietrich. « Nous avons déjà prévu une extension pour accueillir 40 enfants. »
Les communes sont également démarchées
Mais les sociétés de création et de gestion de crèches ne se contentent pas de construire des structures d'accueil : elles démarchent les communes pour leur proposer des solutions de garde d'enfant. P & B a ainsi démarché les municipalités environnantes et est en train de réaliser une étude pour les mairies de Juvigny, Saint-Cergues et Machilly. « Nous sommes aujourd'hui dans la définition des besoins » , précise Jacques Bouvard, le maire de Machilly. « Nous avons mandaté People & Baby pour qu'ils démarchent la CAF et évaluent la pertinence de créer une crèche intercommunale. » Même dans les communes plus rurales, le manque de moyens de garde se fait ressentir. « Nous recevons beaucoup de demandes » , confirme Gabriel Doublet, l'élu de Saint-Cergues. « Il y a de moins en moins d'assistantes maternelles et les crèches ont la côte auprès des parents en terme d'éveil et de pédagogie. » Pourquoi les communes ne construiraient pas elles-mêmes cette crèche ? « C'est plus compliqué quand c'est intercommunal  », souligne Jacques Bouvard. « En faisant appel au privé, c'est comme pour une délégation de service public : nous mettons des locaux à disposition, on verse une subvention d'équilibre, etc. Le tarif horaire est identique pour les parents. La différence d'avec une crèche publique se fait au niveau de la gestion. » La commune n'a pas à embaucher de personnel attitré et préserve ses deniers si la structure ne fonctionne finalement pas. En revanche pour le maire de Machilly, « si un jour, nous avons une démographie en forte hausse, on révisera notre position ». Pour mieux connaître les besoins, les habitants des trois communes vont être sollicités via les bulletins municipaux. Ensuite ? « Le but c'est d'enchaîner » , indique le maire de Saint-Cergues. Deux bâtiments derrière sa mairie pourraient accueillir cette nouvelle structure, des négociations sont déjà en cours car il ne faut pas tarder. « On sent une certaine urgence », insiste Gabriel Doublet. La crèche intercommunale des Voirons pourrait ouvrir l'année prochaine.

De la place pour d'autres implantations
En milieu plus urbain, les crèches privées se sont déjà développées et connaissent un succès qui ne se dément pas. Depuis août 2010 "Paprika", située à Annemasse en face du bowling, dispose de 30 places accessibles de 7 h 30 à 19 h 30. Gérée par la société "La Maison Bleue" (qui a également ouvert une crèche à Thonon), la structure a uniquement pour clients des instances publiques : les mairies d'Annemasse, Ville-la-Grand et Saint-Cergues, la préfecture et la Sigem. A Gaillard, la crèche "Les Frimousses" (ex-Garderisette) accueille 52 enfants de la ville mais aussi des entreprises de la zone de la Châtelaine.
Même si elles se multiplient, les implantations de structures privées de garde d'enfants ne se marchent pas encore sur les pieds. Malgré tous les gages d'anticipation qu'elles peuvent donner, les collectivités sont dépassées par l'ampleur des besoins de leurs populations. Le marché est bien loin de la saturation.
YVES GALLARD

Le Messager

Commentaires

Vous devriez faire partie d'un concours les plus utiles sites sur le net . Je vais site web!

Écrit par : Jaclyn | 10/07/2013

Les commentaires sont fermés.