Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2012

Deuxième poisson d'avril à saint-cergues

Vers les 16 heures, le stade s'est quasiment vidé de ses caravanes. Nous avons fait disposé de lourdes bennes en acier sur les accès les plus sensibles, ne restait plus qu'à boucler l'ultime sortie avec le camion communal, une fois tous les campeurs partis... Le groupe qui s'était mis en route s'est fait bloqué à Cranves-sales, alors qu'il tentait de s'installer sauvagement près du collège. Une soixantaine de gandarmes présents.

il restait 8 caravanes sur notre stade, nous espérions de tout coeur en finir avec ce triste épisode et puis mon téléphone sonne. Le colonel de gandarmerie m'indique que les gens du voyage ont été refoulé de Cranves Sales et l'ordre leur a été intimé de revenir à Saint-Cergues.

Notre terrain de fait se trouve réquisitionné. Je ne pourrai jamais exprimer ce qui m'a traversé. Un profond sentiment de dégoût, surtout lorsque j'ai vu les gendarmes leur faire la circulation pour qu'ils arrivent bien tranquillement à bon port. En passant à côté de nous, certains riaient en nous faisant des signes de moquerie.

Les gendarmes n'y sont pour rien, il faut être clair, et sont totalement épuisés eux aussi par ce cirque infernal.

Pourquoi la préfecture n'a t'elle pas mis les mêmes moyens pour les refouler de notre stade ? Cette question me hante. D'autant plus que le groupe est bien connu, a déjà généré 25 000 euros de dégâts sur l'aire d'accueil du SIGETA à Annemasse.

Le colonel de gandarmerie m'a assuré qu'ils partiraient jeudi midi, date d'effectivité de l'arrêté d'expulsion du Préfet que nous avons demandé dimanche. Il m'a garanti qu'un important dispositif de gendarmerie serait mis en place pour expulser ce groupe du stade de Saint-Cergues et les envoyer hors de Haute-Savoie.

A ce moment là, je ne sais pas sincèrement dans quel état nous retrouverons notre terrain.

Mais une chose est sûre, jeudi à midi, si effectivement ils quittent le terrain, nous boucherons définitivement tous les accès.

Beaucoup de concitoyens ont vu ce bal, le départ puis le retour des caravanes, et je me demande comment ce soir ils vont pouvoir s'empêcher de penser que nous sommes au final des cons impuissants.

 

Les commentaires sont fermés.