Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2012

Après dimanche...

Je suis bien entendu déçu par les résultats du premier tour des présidentielles.

Malgré la popularité très forte de François Bayrou, malgré l'estime et le respect qu'éprouvent une majorité d'électeurs de ce pays pour sa personne, ceux-ci n'ont malheureusement pas traduit ce fort sentiment par un vote franc en sa faveur. Les clivages traditionnels ont joué pleinement. J'ai entendu toute la journée de dimanche les gens me dire : "il est formidable ce gars-là, mais il n'a pas d'équipe..." ou encore "il a raison, Bayrou, mais il me fait pas rêver"... 

Pour moi, entendre la vérité était une forme de rêve. 

En Haute Savoie, Bayrou fait un score nettement supérieur, toutefois, à sa moyenne nationale. A saint-Cergues, il est autour des 13 %.

Avec un front National plus fort que jamais, je pense que la République toute entière devrait frémir. Ce vote protestataire exprime les incompréhensions, les peurs et les angoisses d'un français sur cinq face à la faillite morale, économique et financière que nous connaissons et qui impacte tous les secteurs de la société. 

Le front national aborde sans complexe les sujets déclarés tabous et les confisque du nécessaire débat républicain. Son résultat impressionnant suppose une prise de conscience urgente que ce pays souffre profondément, bien au delà de ce que l'on imagine, bien au delà de la liquoreuse compassion des temps de campagne, ou le candidat feint le sanglot devant les usines éteintes. 

Le front national catalyse toutes les frustrations et les doutes d'un peuple qui ne sait plus à quel saint se vouer et qui traverse une profonde crise existentielle. Qu'est ce que la France dans la mondialisation ? Qu'est ce que la France dans l'Europe ? Qu'est ce que la France dite multi-culturelle mais qui est en fait puissament communautarisée ?

Que les partis qui se disent républicains se réemparent de ces sujets ! Qu'on arrête de masquer la vérité, de peur qu'elle ne fasse croître le FN... C'est ce sentiment qu'on minore ou qu'on édulcore le réel qui exaspère l'électeur et provoque le vote Front National.

Entre le cynisme et l'angélisme, il y avait l'humanisme exigeant d'un Bayrou.

J'aurai aimé que cette vision courageuse l'emporte. Il faudra pourtant choisir dimanche 6 mai pour l'un ou l'autre ou le vote blanc, ces trois options étant bien évidemment respectables.

Pour ma part je n'aurai pas la prétention et je ne ferai pas l'insulte de dire aux électeurs ce qu'il faut faire. Chacun en effet, choisira selon ses convictions, en toute responsabilité.

Je militerai en revanche pour qu'en France le centre se rassemble, dans toute sa diversité, car quoi qu'il arrive le 6 mai prochain, il faudra en France un mouvement pragmatique, humaniste, capable d'affronter les réalités sans les caricaturer, sans les sauces idéologiques habituelles. 

Ce pays a profondément besoin qu'on le regarde au fond des yeux. 

Les commentaires sont fermés.