Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2012

Législatives 2012, pourquoi je suis le suppléant d'Antoine Vielliard

antoine vielliard.jpgHier, Antoine Vielliard, conseiller général et conseiller municipal de saint-Julien a annoncé sa candidature aux législatives dans la quatrième circonscription de la Haute-Savoie, qui s'étend de Machilly à Seyssel. 

Je suis extrêmement fier d'être son suppléant.

Cet élu du centre fait depuis de nombreuses années un travail remarquable. De par son action, ses prises de position courageuses, il fait voler en éclat les clichés injustes et ridicules dont on affuble parfois les centristes : Antoine Vielliard, c'est le centre "dur", celui qui n'est inféodé à personne, qui est libre, celui qui refuse les clivages stériles droite / gauche et qui vote et tranche en ayant pour seul objectif l'intérêt général. Et je pense que la France, plus que jamais a besoin d'hommes politiques de ce calibre, capables de discernement, hors de ces logiques partisanes qui transforment les parlementaires en robots, en opposants systématiques ou en suiveurs béats. 

La récente campagne présidentielle a montré la dérive, aussi bien de la droite que la gauche vers leurs extrêmes respectives. Signe que la France, terriblement divisée, doit se rassembler derrière les valeurs fédératrices du centre. 

Le centre c'est l'humanisme, le centre c'est l'éthique. l'éthique c'est l'exemplarité, c'est la moralisation de la vie publique, de l'économie. C'est aussi et surtout le refus de la caricature. Entre l'angélisme d'une certaine gauche qui semble ignorer le réel, tête dans le sable, et le cynisme d'une certaine droite qui "fait son affaire" du réel, c'est à dire qui l'accepte comme étant quelque peu inéluctable, il y a le pragmatisme du centre qui refuse les mystifications simplistes, la politique du slogan et de la petite phrase, au profit d'une réflexion plus large qui fait nécessairement fi des clivages traditionnels. Car les problèmes qui sont les nôtres sont complexes, ils nécessitent des réponses fines, réfléchies, mesurées. 

Le centre c'est une vision de l'homme et de la société généreuse mais réaliste. C'est placer l'homme au centre de toutes les préoccupations, un homme qu'on voit toutefois avec ses forces et ses faiblesses. C'est un idéal qui n'oublie pas la dure et parfois triste réalité, qui compose avec, qui essaie de la transformer, dans la continuité, sans brutalité, sans angélisme non plus. 

Antoine Vielliard est pétri de ces valeurs. Insatiable et inépuisable militant, il méne un combat exemplaire dans notre belle région pour corriger les puissants déséquilibres à l'oeuvre dans le franco-valdo-genevois, dénommé "Grand Genève" depuis peu. Nul autre que lui ne s'est plus battu à ce sujet. A de très nombreuses reprises, et je le rejoins pleinement, il s'est insurgé contre l'insuffisance de la construction dans le canton de Genève, contraignant des milliers de genevois a quitté de force leur canton pour une France voisine qui ne disposant pas de Plans locaux d'Urbanisme raisonnables est en train de sacrifier sa campagne, ses espaces naturels et agricoles. 

Nul autre que lui n'a plus porté ces enjeux auprès de nos amis suisses, avec qui il entretient d'excellentes relations car jamais le débat ne s'est limité à un affrontement franco-suisse grotesque, au contraire, c'est dire et redire combien nous avons besoin d'harmoniser notre développement, de part et d'autres de la frontière, combien nous avons besoin de nous entendre pour que cette magnifique région se développe avec cohérence, via ses transports en commun, via une politique d'urbanisation raisonnée et équitable, via le fait que Genève réalise à nouveau qu'elle est notre métropole régionale et que nous devons avoir avec elle des logiques communes et solidaires. 

Antoine Vielliard est le seul à oser "gronder", dans le cadre d'un dialogue toutefois permanent et hautement constructif. En témoigne ses apparitions fréquentes dans les médias genevois. Il gronde parce qu'il veut que Genève prenne ses responsabilités, là ou certains ne pipent mot souffrant de cet éternel complexe d'infériorité à l'égard de nos voisins helvètes, et là ou certains tournent complètement le dos au canton, comme s'il n'existait rien derrière la frontière. Pour ces raisons, j'affirme qu'il est parmi tous les candidats aux législatives le meilleur artisan de cette collaboration transfrontalière, qui doit être franche autant que généreuse. Il est le seul à avoir cette vision et à mener la juste action qui en découle. 

Antoine Vielliard connaît bien les frontaliers, l'ayant lui-même été, et sur les grands dossiers qui les concernent, on pourra admirer son discernement et sa mesure. Et il n'oublie pas les salariés en euro de la région, qui souffrent d'un pouvoir d'achat affaibli et ont toutes les peines du monde à se loger. 

Et Antoine sait aussi gronder contre la France, qui bétonne à tout va et détériore son cadre de vie, qui ne crée pas assez d'emplois, qui devient un vaste supermarché...

Pour toutes ces raisons, et je pourrai en dire encore tellement, il était presque logique que je sois son suppléant, tant nous nous retrouvons sur ces grands enjeux, à la fois dans leurs diagnostics, mais aussi dans les méthodes à mettre en oeuvre pour y répondre : oser dénoncer quand il le faut, oser se remettre soi-même en cause, oser travailler main dans la main avec nos amis suisses, ne pas s'enfermer dans des positionnements caricaturaux, reconnaître la complexité des dossiers et tenter de les résoudre avec bonne volonté, fermeté et sérénité. 

Les candidats sont nombreux et de grande qualité dans cette circonscription. Mais mon choix est évidemment fait. Je crois en cet homme et nous allons avoir besoin de tout votre soutien, pour que nous élisions, en juin prochain, un député qui a déjà largement fait ses preuves en tant que conseiller général, en tant que conseiller municipal de Saint-Julien, en tant que militant. 

Parlez de cette candidature autour de vous, aidez-nous à convaincre, cette élection, c'est la vôtre. c'est de votre avenir, de votre région, de votre représentation à l'Assemblée Nationale qu'il s'agit. 

Je vous invite à découvrir son blog, particulièrement riche, dans lequel Antoine Vielliard traite de tous les enjeux qui sont les nôtres :  http://antoinevielliard.hautetfort.com/

 

antoine vielliard et gabriel doublet .jpg

Commentaires

Je soutiens Antoine Vieillard et Gabriel Doublet pour leur candidature aux élections législatives. Pourquoi ce choix ? Parce-que l’on appartient à la même famille politique ? Parce que l’on se connait ? La réponse est simple… c’est non !

Mon choix de soutenir ces deux candidats pour cette élection est simple. Je pense qu’il ne faut pas voter juste un parti politique, mais plutôt des personnes qui ont un programme clair qui répond à nos besoins pour nous les habitants d’un si beau territoire qui reste encore à valoriser.

Et surtout j’insiste sur ce point : « se présenter aux élections sans égo surdimensionné». En effet, dans le monde politique de l’ultra communication et du paraître on oublie la chose primordiale de l’élu, c’est l’intégrité et l’amour qu’on a pour tous les gens. Je sais qu’Antoine et Gabriel ont ceci dans leurs tripes. C’est l’envie d’œuvrer pour tout le monde et de valoriser toute la société française qui habite leur cœur et leur esprit.
Quand je vois ces deux élus s’emparer de vraies problématiques de notre belle région et de répondre toujours pour l’intérêt général. J’avoue que cela me redonne du moral pour l’avenir.

Leur programme résume leur sensibilité pour les valeurs haut-savoyardes et françaises. Mais qui sont en même temps des sujets nationaux, voir européens. Ce qui me surprend également chez ce binôme c’est leur simplicité et leur implication dans leur rôle respectif au sein du territoire.
Je souhaitais leur dire merci pour leur candidature, car les français doivent se réintéresser à la politique, ainsi qu’aux grands débats de fond.

Il ne me reste que de leur souhaiter tout de bon pour la suite.

Nicolas Balverde

Écrit par : Balverde | 15/05/2012

Les commentaires sont fermés.