Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2013

Les communes rurales font aussi du logement social !

47859_10151439609732753_472732670_n.jpgInauguration des logements aidés de la SA MONT BLANC, à Saint CERGUES, le 06 avril 2013

 

 

 

 

 

Madame LE Député, virginie Duby Muller,

Monsieur le vice-président du conseil général, Raymond BARDET

Monsieur le Président de la SA Mont Blanc et conseiller Général Guy Chavanne,

Monsieur le Président d’Annemasse Agglo, Georges DELEAVAL

Monsieur le Maire de Machilly, Jacques BOUVARD

Mesdames et messieurs les élus,

Monsieur le directeur de HESTYA, Pascal LE NEPVEU

Monsieur le directeur de la SA mont-Blanc, Jean-Pierre MONTFORT,

Mesdames et messieurs,

Bienvenue à toutes et à tous à Saint-Cergues, au cœurde notre beau village.

Je dis « au cœur » avec un vrai enthousiasme, car elle n’est pas si loin l’époque où les logements sociaux étaient mis au ban de la ville, mise au ban, cette vieille expression de laquelle découle le terme de banlieue aujourd’hui, avec tout ce qu’il comporte de péjoratif, hélas.

Ici même, où nous nous trouvons, nous sommes effectivement en plein centre, à 50 m des écoles, de la mairie, des futurs transports publics et à quelques centaines de mètres des commerces et nous sommes au cœur également d’une opération immobilière de très grande qualité, à l’architecture cossue et agréable, qui s’intègre bien dans son environnement. Bien malin celui qui pourrait distinguer, en terme de conception, en terme de finition, la partie privée et la partie sociale de cette opération. Ce point est à mon sens essentiel, en ce qu’il fait voler en éclat les clichés dont on affuble malheureusement encore le logement social.

Notre village, en effet change. Et cette opération des résidences de Saint-Cergues menée par le groupe HESTYA, qui s’est déroulée concomitamment à celle de la villa Ruby, à quelques mètres d’ici, portée par Bouygues, restructure complètement notre chef-lieu et marque, également, un changement profond dans l’urbanisme qui caractérisait jusqu’alors les communes rurales ou rurbaines, comme  on dit maintenant, plutôt marquées jusqu’alors par un étalement urbain non maîtrisé, par des suites quelques fois un peu tristes de villas et de lotissements sans âme, sans préoccupation pour le vivre ensemble. Car en effet, lorsque l’on contemple ces nouvelles constructions depuis la douane de Moniaz, en face, de l’autre côté du village, on a l’impression, très agréable, de redécouvrir cette image d’Epinal bien rassurante que celle d’une Eglise bordée par de larges bâtisses, blotties contre elles, à la manière des vieux bourgs d’autrefois…

Vous connaissez tous le contexte qui est le nôtre, à savoir que nous vivons dans une région qui se développe incroyablement, tirée par cette locomotive qu’est Genève. Genève génère beaucoup d’emplois et c’est tant mieux, mais peine à construire en revanche, et ceux qui viennent tenter leur chance dans la région, et de nombreux citoyens genevois, ne pouvant plus se loger chez eux sont contraints, en quelque sorte, de venir habiter chez nous. Cet afflux de personnes en quête de logements créent des tensions sur le marché et produit un renchérissement très significatif des prix de l’immobilier et des loyers en général, à tel point qu’il devient presque impossible pour des salariés en euros de vivre dans le secteur. D’où la nécessité en effet de produire du logement social, afin que nous puissions loger les moins favorisés d’entre nous et ceux qui ne travaillent pas forcément en Suisse.

Parallèlement à ce déficit de logement du côté suisse, nous avons en France beaucoup trop ouvert les vannes, et avons permis de construire un peu n’importe où, au milieu des champs, si possible des villas, mangeant des hectares de zones agricoles et naturelles sans penser qu’on se tirait une balle dans le pied en agissant ainsi. Tous ces facteurs conduisent donc aujourd’hui à reconsidérer la situation et de façon générale à reprendre la main sur ce développement qui jusqu’alors a été largement subi, en densifiant les centralités, tel que cela s’est fait ici, et en permettant à toutes les catégories sociales de vivre ensemble en un même lieu.

Tout cela, nous l’avons évoqué lors d’une récente réunion publique dans le cadre de l’actuelle révision générale de notre PLU, désolé donc pour les éventuelles redites, mais je pense que ces messages doivent être martelés.

Je veux donc aujourd’hui insister sur l’exemplarité de l’opération qui nous réunit ce matin, exemplarité que l’on peut mesurer à plus d’un titre. Exemplarité parce que ces logements sont de très grande qualité, parce qu’ils sont au centre du village, exemplarité parce qu’ils permettent à nos salariés en euros de continuer à habiter cette belle région, exemplarité parce qu’ils permettent une vraie mixité sociale et éviteront à nos communes quelque peu favorisées de devenir des ghettos de riche ou des petits Saint-Tropez.

Nous sommes donc très fiers d’inaugurer ces 26 logements locatifs, avec  ceux qui ont contribué au succès de cette réalisation et bien entendu aussi avec ceux qui vont vivre dans ces murs et à qui nous souhaitons la bienvenue.

Car c’est grâce à l’effort de tous en effet que de telles réalisations sont possibles, aux efforts de l’Etat, du conseil Général, de notre agglomération qui porte notre programme local de l’habitat, indispensable outil de planification du logement, c’est grâce aussi et bien sûr aux subventions versées par tous ces organismes et par notre commune que nous avons pu obtenir que 30 % des logements produits par HESTYA et par BOUYGUES soient des logements aidés. Je salue au passage Raymond BARDET, président de Haute Savoie habitat, bailleur social qui gère la partie sociale de l’opération BOUYGUES. Ces efforts importants menés par  la collectivité permettent aujourd’hui à Saint-Cergues de compter 95 logements sociaux et de rattraper donc quelque peu le retard de cette commune en la matière, qui sera prochainement soumise à la fameuse loi SRU, dès que notre population franchira les 3500 habitants. Ce qui doit être le cas, au passage, puisque les nouveaux arrivants n’ont pu être comptabilisés dans le récent recensement.

Je veux donc remercier tous ceux qui ont participé au succès de cette opération, le groupe HESTYA Promotion que je salue en la personne de son dirigeant M. LE NEPVEU, la SA MONT BLANC qui a déjà réalisé une opération sur la commune dont nous n’avons qu’à nous féliciter, et je profite de l’occasion pour remercier M. GUY CHAVANNE, M. MONTFORT et M. GAUTEUR, respectivement Président, directeur,

 et chargé de prospection foncière et de communication de la SA MONT BLANC, bailleur social qui maintient une gestion humaine et de proximité de leur parc locatif et cela est très important pour les élus que nous sommes, ainsi que tous les architectes, toutes les entreprises qui ont œuvré sur ce chantier, dont l’entreprise ROGUET, qui est présente aujourd’hui.

Je veux remercier la commission d’urbanisme de Saint-Cergues, Danielle COTTET, première adjointe, ainsi que Marie-Christine BALSAT et les élus qui ont participé aux commissions d’attribution.

Surtout je veux souhaiter aujourd’hui la bienvenue aux nouveaux habitants de ce village, et dire à ceux d’entre eux qui ne connaissent pas encore très bien Saint-Cergues qu’ils sont ma foi tombés dans une bien sympathique commune, où règne un bel esprit, en témoigne la grande richesse des activités associatives et des événements populaires, sportifs et culturels qui égaient le quotidien tout au long de l’année. J’espère de tout cœur que vous vous sentirez bien ici et que la vie vous sera agréable.

Enfin et pour conclure et sans trop de nostalgie… je dois évoquer qu’ici même se trouvait, il y a peu, un hôtel qui a fait la renommée du village pendant presque un siècle, je veux parler de l’hôtel de France, dont il subsistera un salon de thé, prochainement ouvert, dont vous pourrez profiter...

Permettez-moi de souhaiter que les très belles ondes qui ont animé ce lieu de détente et de plaisir, rayonnent encore parmi ces nouveaux murs et offrent à tous nos nouveaux habitants la convivialité et la douceur de vivre qu’ils sont en droit d’espérer.

Merci à tous.

 

Les commentaires sont fermés.