Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2014

Voeux à la population 31.01.2014

 

 

voeux 2014 dauphiné.jpg

 

 

Monsieur le sous-préfet de saint-Julien, Pierre Molager,

Mme le Député, chère Virginie,

Monsieur le vice-Président du conseil Général, cher Raymond,

Mesdames et messieurs les Maires,

Monsieur le Maire de Jussy, mon cher Joseph,

Monsieur le président d’Annemasse Agglo, mon cher Georges

Monsieur le Président du SIGCSPRA, mon cher Philipe,

Mesdames et messieurs et chers collègues élus des communes voisines et amies,

Monsieur le DGS de l’AGGLO et membres du personnel de l’AGGLO

Messieurs les représentants de la Gendarmerie, de la police municipale et de l’office national des Forêts,

Monsieur le Curé,

Mesdames et Messieurs les anciens élus, et notre ancien Maire, Louis Vuilloud,

Mesdames et Messieurs les membres du personnel communal,

Mesdames et Messieurs les directeurs et Professeurs des écoles,

Mesdames et Messieurs les responsables d’association,

Mesdames et Messieurs les commerçants et entrepreneurs de la commune et d’ailleurs,

Mesdames et Messieurs les responsables et membres des comités de quartier,

Mesdames et Messieurs les correspondants de presse et journalistes,

Mesdames et Messieurs, chers concitoyens, chers amis,

C’est une joie immense de vous avoir à nos côtés ce soir, pour cet événement particulier qu’est la cérémonie des vœux, et votre présence qui nous honore, vraiment, témoigne de l’intérêt que vous portez à notre commune, à sa vie et à ses projets, et cela, soyez en sûrs, cela nous va droit au cœur.

Cette cérémonie cette année revêt un caractère plus singulier encore, parce qu’elle est la dernière du mandat en cours, il en découle pour nous une certaine émotion, évidemment, et parce que de fait, aussi, comme nous sommes en période électorale, je ne pourrai pas me livrer, de quelconque façon, à tout ce qui pourrait ressembler à un bilan de notre action ou à tout ce qui pourrait s’apparenter à un programme... Nous aurons comme vous le savez l’occasion d’aborder ces questions en d’autres lieux et en d’autres temps. Et pour les informations de l’année écoulée, je me permettrai de vous renvoyer à la lecture de notre bulletin municipal.

La loi électorale nous oblige à une certaine neutralité, étant donné que nous nous représentons dans la grande majorité. Vous aurez donc la chance inouïe ce soir d’échapper à l’un de mes trop longs discours, je ne pourrai pas vous faire l’inventaire de ce qui a été fait et de ce qui est en projet.   La neutralité est une chose difficile pour les élus que nous sommes, étant donné l’énergie et le cœur que l’on met au service de cette commune, elle a même quelque chose d’un peu absurde, comme si tous les six ans, il fallait faire semblant de s’arrêter, faire semblant de ne pas être passionné par sa ville ou son village. Mais la loi est ainsi faite, et il faut la respecter.

Cette neutralité n’implique pas, toutefois, que je me cantonne à vous faire un numéro de claquette où à vous lire les annonces légales du Messager. Après quelques remerciements, je vous donnerai donc quelques informations à caractère général sur ce chantier du siècle qu’est la 2 x 2 voies, et parce qu’il est porté par l’Etat, qu’il n’est donc pas un projet de la municipalité, permet effectivement qu’on en parle.

Enfin, je me permettrais de vous livrer quelques réflexions, personnelles, en tant que citoyen, sur cette région qui est la nôtre. Je vais donc devoir m’efforcer de parler de la commune, sans parler de l’action municipale…

En premier lieu je veux donc remercier tous ceux qui participent, de près ou de loin, à faire de Saint-Cergues une commune vivante, agréable, où la vie foisonne, au premier rang desquels je dois tirer un coup de chapeau tout particulier à nos associations, à nos bénévoles qui font mentir cet adage bien contemporain selon lequel l’individualisme et l’égoïsme auraient triomphé. En effet, nous avons la chance à Saint-Cergues de disposer d’un tissu associatif extrêmement vivace, qui propose un nombre impressionnant d’activités et d’événements, tout au long de l’année.

Je profite de l’occasion pour souhaiter un très bel anniversaire, encore une fois, au Sou des écoles, qui a fêté en 2013 son centenaire, et je veux leur souhaiter une vie au moins aussi longue que ça…

Vous me permettrez cette année également de saluer avec émotion l’ancienne directrice de la MJC, rose DALVET, qui est une jeune retraitée depuis peu et qui a pendant des décennies soutenu, porté notre Maison des Jeunes et n’a pas compté de son temps et de son énergie pour faire vivre cette association qui propose tant de choses à Saint-Cergues. Elle n’a         pu être là ce soir mais on peut l’applaudir. Bonne retraite, ma chère Rose. Et je sais que cette retraite sera active !

Je veux remercier nos commerçants, artisans et entrepreneurs, à la fois pour la qualité de leurs produits et la qualité de leurs prestations, mais aussi car la vie dans un village, au quotidien, passe essentiellement par eux, et nous savons tous que les commerces, ce sont des lieux où les habitants se retrouvent, discutent et échangent.

Je veux remercier tous nos partenaires publics, Etat, Conseil Général, Agglo, gendarmes, policiers municipaux et pompiers qui tout au long de l’année nous soutiennent, nous conseillent, nous aident.

Je veux remercier tous nos partenaires privés, entreprises, artisans, qui participent au fonctionnement de nos services publics.

Je tiens à saluer chaleureusement nos directeurs et professeurs des écoles, autour desquels s’organise une bonne partie de la vie du village.

Merci également à nos responsables et membres des comités de quartier, à nos correspondants de presse, Christiane et Jean.

Une commune, c’est un petit monde, et il faut tous ces acteurs, que je viens de citer, pour la faire fonctionner. Chacune de ces composantes joue un rôle indispensable et essentiel à la qualité de vie dans un village, et c’est de la capacité à fédérer l’ensemble de ces acteurs que dépend la convivialité d’une commune… Soyez donc tous chaleureusement remerciés de votre implication, qui participe pleinement au bien-vivre ensemble et au rayonnement de Saint-Cergues.

Il reste deux groupes d’acteurs que je tenais à saluer tout particulièrement ce soir.

En premier lieu je tiens à exprimer toute notre gratitude à nos employés communaux, qui sont plus d’une trentaine à présent, et qui par leur compétence et leur professionnalisme font honneur au service public. Nous leur en demandons beaucoup, qu’ils nous pardonnent nos exigences, notre empressement parfois, qui est le fruit impatient toutefois de ce que nous voulons pour ce village.

A nos côtés ils font tourner cette commune, et je veux leur tirer un grand coup de chapeau pour l’énergie et l’engagement qu’ils mettent au profit de la collectivité, nous sommes fiers d’eux et je tenais à le leur dire, devant vous.

Ce soir justement nous avons le plaisir de distinguer trois d’entre eux, Christiane ARMAND, Ghislaine PINGET et Alain BRIAND, et je vous propose, sans plus attendre de leur remettre leurs décorations.

-          Christiane ARMAND (médaille remise par Zouzou)

Christiane est arrivée à la commune le 01er mars 1989 en tant qu’agent administratif qualifié. Cela fait aujourd’hui, 25 ans qu’elle est au service de notre mairie et commune successivement en tant qu’agent d’accueil, comptable et régisseuse de la régie de l’eau, et enfin comme secrétaire du maire et de la Direction générale. Elle a déjà été épinglé d’argent, il y a quelques années et reçoit ce soir la médaille de vermeil, correspondant donc à 25 ans de service. Félicitations chère Christiane.

 

-          Ghislaine PINGET (médaille remise par Pascale)

Ghislaine a été embauchée le 01er septembre 1990, tout d’abord en tant qu’agent d’entretien sur les différents bâtiments communaux puis a été transférée sur l’école maternelle le 01er octobre 1991, sur la fonction d’ATSEM qu’elle occupe encore à ce jour. Ghislaine, que tous les enfants appellent affectueusement Gigi entoure de ses bons soins nos chers petits, et je veux profiter de l’occasion pour remercier nos ATSEM, qui font un travail remarquable. Pour ces 20 ans de service, Ghislaine, sois remerciée ! Félicitations.

 

-          Alain BRIAND (médaille remise par Robert)

Alain a intégré les services techniques de la mairie le 01er juillet 1992 pour effectuer plus particulièrement les missions relatives à l’entretien et l’embellissement des espaces verts communaux.

Il a contribué activement au fleurissement de la commune et à l’obtention de notre 1ère fleur au concours « Paysages de nos communes » de nos villes et villages de Haute-Savoie de 2007 et décernée en 2008.

Il nous quitte ce soir, après 22 ans de bons et loyaux services pour une retraite bien méritée. Cela va nous faire quelque chose de ne plus le voir dans son petit camion, arpenter les espaces verts de la commune. Sois remercié, Alain, de tout ce que tu as fait pour embellir notre commune. Nous te souhaitons une retraite heureuse ! Et pour ces années au service de la commune, nous te félicitons.

 

Et puis, en dernier lieu, je veux remercier mes chers collègues élus du conseil municipal, qui cette année encore ont mis tout leur cœur à l’ouvrage. Je les remercie sincèrement de leur disponibilité et de leur enthousiasme. Avec eux, ensemble, nous avons traversé bien des épreuves, nous avons donné beaucoup de notre temps, avons connu des joies et des peines, un peu comme une famille, et je veux juste leur dire toute l’estime que j’ai pour notre groupe et ma fierté de pouvoir compter sur chacun d’entre eux.

Zouzou, Magalie, Jean-Marc, Jean-Pierre, Pascale, Robert, Evelyne, Nicolas, Bernard, les deux Claude, Françoise, Marie-Christine, Jean-Marc, Cathy, Brigitte, Jacques et Josiane, soyez remerciés, sincèrement.

Ça n’est pas très neutre tout ça, je m’en rends bien compte, mais faites comme si je n’avais rien dit.

J’ai coutume de le dire mais c’est tellement vrai : Un maire n’est rien sans son équipe.

Ce soir je veux saluer ceux d’entre nous qui ne se représenteront pas, ceux qui des années durant ont beaucoup donné à la collectivité et qui s’en vont vers d’autres chemins. Soyez remerciés de tout ce que vous avez apporté à Saint-Cergues, soyez remerciés des sacrifices consentis sur vos vies professionnelles et privées, soyez remerciés, tout simplement, pour votre dévouement. J’étends ces remerciements à tous les anciens élus de Saint-Cergues, à tous ceux qui ont donné de leurs temps et de leurs énergies pour ce village.

Ce soir nous avons voulu témoigner notre reconnaissance à l’un d’entre nous qui ne se représentera pas, je pense bien entendu à Bernard BALSAT qui va vraiment pouvoir jouir des joies de la retraite à présent. Après 31 ans de mandat… 31 ans, cela mérite en effet qu’on s’y arrête quelque peu…

Mon cher Bernard, à cette occasion, nous avons voulu que te soit remise la médaille d’honneur de Saint-Cergues, médaille qui symbolise la gratitude de la commune, pour te remercier de ton engagement, pendant ces longues années, au service de ce Saint-Cergues que tu aimes tant. Tout le monde connaît ton enthousiasme débordant, ton empressement, ton caractère parfois bien trempé, mais surtout ton amour de la Nature, de tes Voirons, qui sont ta montagne, que tu as mille fois magnifiquement photographiée. Tu as beaucoup œuvré pour préserver l’environnement, cause dont tu auras été le précurseur ici, beaucoup œuvré également pour les cœurs de village, ces aménagements au cœur des hameaux destinés à permettre la convivialité, au plus proche des habitants. Et tant d’autres sujets, ou dossiers, en mairie, à l’agglo, au SIDEFAGE ou au SAGE… Ce soir mon cher Bernard nous te rendons hommage, et nous qui sommes encore de jeunes élus, te regardons avec une certaine admiration. Car trop souvent, les gens pensent que les élus ne s’engagent que par goût du pouvoir ou par goût de la gloriole. Je le dis sans ambages, les élus, avant que d’avoir du pouvoir ont surtout des responsabilités, des devoirs, et puis souvent aussi pas mal d’emmerdes, comme on dit.

 

Souvent, quand on est élu, rien n’est si simple, et pour faire avancer les choses, il faut se battre, parfois très longtemps. Au nom de tous les combats que tu as mené, Bernard, nous avons donc l’honneur et le plaisir de te remettre la médaille d’honneur de la commune, récompensant ces 31 ans passés au service de tes concitoyens.

On peut l’applaudir.

Voilà, chers amis, ces remerciements étant terminés, j’aborderai un sujet dont il me paraissait indispensable de vous parler.

Ce sujet, bien entendu, c’est la 2 x 2 voies, chantier pharaonique, sous maîtrise d’œuvre de l’Etat, chantier énorme, sans précédent sur la commune, et qui vous aura tous impacté au quotidien. La commune est depuis plusieurs mois sans-dessus-dessous, nos accès principaux ayant été condamnés. Les voies de déviation et de desserte sont saturées, très abîmées, et le spectacle de de chantier colossal est parfois difficile pour les élus que nous sommes. Cela fait mal de voir la commune dans cet état. Mais le mal est nécessaire. Il faut voir plus loin. Et se rappeler la sinistre réputation du carrefour près du stade qui aura coûté la vie à plus de 180 personnes depuis les années 60.

Dans un an, si tout se passe bien, le chantier touchera à sa fin. Nous aurons des accès totalement sécurisés entre le haut et le bas du village, la plaie provoquée par la création de cette route dans les années soixante cicatrisera enfin. En mai, le passage sous le pont cadre sera rouvert. En juillet, avec quelques mois d’avance, le franchissement aérien vers notre stade sera opérationnel, selon le planning récent de l’ETAT. Le bout du tunnel, en quelque sorte, sera donc très prochainement visible, pour le bonheur de tous. Pour les habitants et les citoyens, mais aussi et bien sûr pour les commerçants de la zone des Vouards, très durement touchés par ce chantier. Puis une fois que les accès auront été restaurés, nous referons bien évidemment toutes les voiries secondaires, en très mauvais état actuellement. Et notre commune retrouvera un fonctionnement normal, pacifié, sécurisé. Merci en tout cas à toutes et à tous pour votre patience.

Voilà pour ces quelques brèves informations, que je tenais à vous communiquer ce soir.

Maintenant, j’aimerai terminer cette cérémonie des vœux en vous livrant une vision des choses un peu personnelle, en tant que citoyen.  

Depuis des années, on voit la région changé. Son attractivité économique est considérable, et fait figure d’eldorado dans une France en proie à la crise, au doute, au chômage de masse, à la précarité.  Partout sur le territoire, des chantiers d’envergure fleurissent, des chantiers de voirie colossaux, je pense à la 2x2 voies bien sûr, mais je pense aussi au giratoire des cheneviers, dans les bois de rosse, au giratoire réalisé il y a peu face à l’aérodrome. Je pense aussi à tout ce qui a trait à la mobilité, aux transports publics, aux importants travaux de réalisation du BUS à Haut Niveau de Service, dont le terminus se situe sur l’ancien site terraillon et qui permettra de desservir plus efficacement la partie urbaine de notre agglo. Bientôt, le chantier du CEVA débutera en France, la partie suisse avançant à bon train. Bientôt le chantier du Tram, l’extension de la ligne 12 débutera aussi. Bientôt, l’extension des lignes de bus de la TAC, jusqu’à Saint-Cergues et Machilly. Dans toutes les communes de l’agglo, les centralités se renforcent, se confortent, conformément aux prescriptions d’un aménagement du territoire cohérent et plus économe en espace, plus protecteur de ce qu’il nous reste comme zones agricoles et naturelles. La ville centre, Annemasse, est en proie à de grands changements, à de grands aménagements, comme Chablais Parc, la place de la libération. Le nouveau centre aquatique qui s’appellera Château BLEU, faisant écho à Château ROUGE, se situant en face, ouvrira bientôt ses portes, et permettra à notre population de disposer d’un équipement extraordinaire de par sa qualité et ses capacités d’accueil.

Certains à propos de tout cela, y voit le signe d’une certaine grandiloquence, le signe d’un territoire qui fait feu de tout flamme, dans toutes les directions, sans logique, sans cohérence. Certains pensent que cette agglomération en pleine mutation n’arrivera pas à tenir ses promesses, certains n’y voient qu’un, pardonnez-moi l’expression, qu’un vaste bordel inorganisé qui ne fait que générer des nuisances.

Or c’est tout autre chose qui est en train de se passer. Notre territoire, dans lequel s’inscrit pleinement notre commune est en train de se structurer, et ce avec 40 ans de retard. Avec quarante ans de retard car pour structurer ce territoire, fallait-il encore que cela se fasse en intelligence et en parfaite coordination et collaboration avec Genève, qui est la ville centre de ce que l’on appelle le Grand Genève, et qui est l’échelon pertinent à partir duquel, aujourd’hui le raisonnement est seul possible. Je veux donc saluer ce soir les élus qui ont depuis des années participé à bâtir ce dialogue tellement nécessaire avec nos amis Suisses et qui produit des fruits concrets depuis. Il est heureux qu’aujourd’hui nous nous rencontrions souvent, que nous sachions nous réunir, suisses et français, malgré les populismes et les tentatives de repli, de part et d’autre de la frontière, et construire vraiment cette région, pour en corriger ensemble les déséquilibres.

L’enjeu majeur de cette région, c’est celui-là. C’est faire en sorte qu’en Suisse comme en France nous ayons des réponses communes, concertées, à nos problématiques. Logement, mobilité, emploi, on ne réglera rien tout seul, et ce n’est que par la poursuite d’un intense dialogue avec nos partenaires genevois que nous pourrons avancer.

Notre territoire est donc en train de changer de visage. Enfin, il s’organise, et les besoins sont tels que tout semble se passer en même temps. Certes cela génère des nuisances, mais c’est la preuve aussi que ce territoire est en mouvement, qu’il est en marche. C’est la preuve que nous sommes bien chanceux d’habiter et de vivre dans une région qui bouge, où il y a moins de chômage, où les niveaux de vie sont plus élevés qu’ailleurs.

A mon petit degré et depuis quelques années, je sens cette mutation profonde, ce changement d’échelle. Et j’imagine ce que sera la vie quand on pourra prendre le CEVA à Machilly et gagner Genève en 20 minutes. J’imagine ce que sera la vie quand les transports publics performants feront vraiment laisser les voitures au garage, et libéreront nos routes trop encombrées. J’imagine ce que sera notre village, quand la 2 x 2 voies sera terminée…

Mais ici aussi il y a un revers à la médaille. Et nous connaissons aussi des populations en difficultés, des gens qui subissent plus qu’ils ne profitent de la région. Les logements sont très chers, le coût de la vie est très élevé et un nombre importants d’entre nous passe à côté de l’Eldorado. Les inégalités se creusent, ce pourquoi il faut veiller à corriger ces dangereux déséquilibres.

Ces disparités de revenus, ces différences peuvent parfois aussi générer des frustrations, des jalousies et des attitudes un peu hautaines. Certains se croient tout permis, d’autres ne peuvent rien se permettre.

Je me rappelle encore d’une personne qui avait pris un rendez-vous en mairie avec moi, et qui à la fin de l’entretien, puisque je n’avais pas répondu favorablement à sa demande, m’avait traité de petit maire, en me disant qu’il gagnait trois fois plus que moi… Je me souviens d’avoir quelques fois du m’agacer de ce genre de comportements de petits princes, méprisants. Je me souviens aussi de la détresse d’autres, qui travaillent à temps plein en France et qui ne s’en sortent pas toujours très bien.

Cette région a de l’argent, beaucoup d’argent. Mais l’argent ne doit pas fonder l’identité de ce que nous sommes.

Peut-être que plus qu’ailleurs, du fait de l’importance des niveaux de revenus, ce que l’on appelle l’individualisme et l’égoïsme sont plus forts que dans d’autres régions de France. Pourtant, il y a eu une vie ici, avant le miracle économique genevois dont tout le monde essaie légitimement de profiter. Nous sommes des savoyards, des gens qui travaillent, à l’esprit rude parfois mais tout en chaleur une fois que le cœur est gagné. Nous vivons avec nos amis suisses, qui sont 450 dans la commune, et d’une certaine façon, notre commune est un « petit grand Genève » qui réussit parce qu’ici on vit bien et en intelligence les uns avec les autres. Notre commune a un grand passé touristique, et il subsiste j’en suis certain de cet âge d’or des hôtels et pensions un esprit ouvert, accueillant et convivial. Les racines sont profondes en ce village, en cette terre, et la commune grandit sur ce terreau, elle s’enrichit des nouveaux arrivants, et il faut se battre pour préserver ce bon esprit. Car rien ne serait plus dommageable que de perdre ce sens du savoir vivre ensemble. C’est bien ce qui menace cette région, si elle ne devient plus qu’une vaste cité dortoir où il n’y ait plus que l’argent qui compte.

Alors il faut un peu avoir la foi. Avoir la foi en ce territoire, en ces changements qui vont nous profiter bientôt, en ce Grand Genève qui n’est pas qu’une tranche de mille-feuille supplémentaire ou un énième « MACHIN » comme disait De GAULLE mais bel et bien notre seul salut d’atteindre un peu d’harmonie dans cette région.

Avoir la foi aussi dans notre agglomération, Annemasse Agglo, qui elle seule est en mesure de peser face à Genève et peut nous permettre d’être crédible, entendu, compris. Je veux rendre hommage ici tout particulièrement à Georges DELEAVAL, qui est un admirable Président, et qui a tout au long de son mandat œuvré pour que ce territoire prenne son envol, renforce toujours plus sa crédibilité et sa légitimité. Je veux saluer mes collègues maires et vice-présidents et les remercier que notre agglo n’ait jamais été pour l’heure un terrain d’affrontement idéologique, mais au contraire un lieu de large consensus, où les petites communes sont respectées, où les problèmes sont traités de façon pragmatique et non partisane et où nous sommes en solidarité réelle sur les dossiers.

Je défendrai toute ma vie la place indispensable que joue la commune dans l’architecture démocratique française, j’y suis viscéralement attaché, mais je veux absolument dire ce soir combien l’intercommunalité est l’échelon pertinent, aujourd’hui, pour faire face aux défis qui sont les nôtres. Sans mutualiser nos moyens, sans partager nos points de vue et en dégager une vision globale, il n’y a pas d’avenir.

Il n’y a rien de plus beau que d’avoir le sentiment de vivre et de participer à la structuration d’un territoire qui semble aller dans la bonne direction. Nombreux seront les problèmes, les à-coups, mais une dynamique est lancée. Et l’action de toute municipalité ne peut que s’inscrire dans cette vision plus globalisante du territoire. Avec mes collègues, nous avons essayé de participer le plus largement possible à ces débats, rencontres, réunions. Car l’Agglo, car Le grand Genève, c’est nous.

Le chemin est long, peut être semé d’embûches, de déceptions, mais parfois aussi il est plein de lumière et de joie. Et parmi les beaux souvenirs, je me rappellerai ma vie durant, mon cher Joseph de l’honneur que tu nous as fait en demandant au maire français que je suis de faire le discours  du 1er août à Jussy, pour votre fête nationale. C’est sans doute par ces moments hautement symboliques et ces moments d’amitié authentique et simple surtout que l’on fait le plus avancer les choses.

C’est cela que je veux vous souhaiter, à toutes et à tous, une très belle année 2014, remplie de ces petits moments d’amitiés et de joie. Je nous souhaite de revenir à l’essentiel, à nous débarrasser du superflu qui nous inonde en toutes choses, à délaisser la futilité de cette époque qui ne s’intéresse qu’à ce qu’il y a de plus noir et de plus mauvais en nous.

La vie est belle, ne l’oublions pas, alors sachons retrouver l’essentiel.

Voilà, Mesdames et Messieurs, J’avais promis de faire court, c’est évidemment raté.

Merci infiniment d’avoir été là.

 

Les commentaires sont fermés.