Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2014

Quartier de la Gare, château de Neydens, un secteur qui va s'embellir !

Lorsque l'on descend le cd 15, après la MJC et en direction de Juvigny, on est saisi par l’atmosphère bucolique du secteur. les vieux piquets irréguliers ceinturent de grands prés ou cavalent quelques chevaux, le château de Neydens, sur votre gauche, domine tout le lieu du haut de ses siècles.

Ce dernier sera d'ailleurs bientôt entièrement réhabilité par un privé, dans le respect total de ce lieu historique si cher à nos yeux. Il faut savoir que des projets assez fous on vu le jour, qui prévoyaient la construction de nombreux logements, autour du manoir, malgré l'éloignement de la centralité. Après de longues années où nous avons fait barrage aux tentatives de plusieurs promoteurs, nous avons trouvé le bon investisseur, qui n'aspire à rien d'autre qu'à restaurer ce très beau bâti et à y vivre. seul les bâtiments existants seront rénovés, le reste repassera intégralement en zone naturelle ou agricole.

Ce quartier magnifique le serait plus encore s'il ne comptait pas en son sein une verrue très disgracieuse. Cette friche industrielle, que l'on voit ci dessous, était vouée à la destruction lorsque planait le projet de construction de l'Autoroute reliant Annemasse à Thonon. A ce moment, alors que l’État avait déjà procédé à certaines acquisitions foncières, le propriétaire du site, Réseau Ferré de France (RFF) avait décidé de le louer de façon temporaire à une entreprise de recyclage de matériaux du BTP, le temps du chantier de l'Autoroute et donc avant la destruction du bâtiment.

 

033.JPG

 

Or comme chacun sait, le projet d'autoroute a capoté. Et le provisoire à duré jusqu'à il y a quelques mois. L'entreprise qui exploitait le site occasionnait un trafic très soutenu de camions, générant d'importantes nuisances pour le voisinage. Malgré de nombreux entretiens et courriers, la situation ne s'améliorait pas.

Nous avons donc pris des arrêtés municipaux contraignants, qui nous ont valu quelques menaces de tribunal de la part de l'entrepreneur. Il a fallut mettre une pression importante pour lui faire comprendre qu'il ne pouvait plus continuer à exploiter un site dont les nuisances ne sont pas compatibles avec cette situation en plein cœur d'un hameau. Depuis, l'entrepreneur s'est résigné à quitter les lieux. Fin du trafic insupportable des camions. Il s'est délocalisé depuis dans une zone artisanale, idéale pour ce type d'activité.

Nous avons mené d'intenses négociations avec RFF pour racheter le bâtiment. Après des mois de discussion, ils sont désormais prêts à nous le céder. Avec le bâtiment, 8000 m2 de terrain bordant la voie ferrée vont êtres achetés.

034.JPG

 

 

Le but, compte tenu de l'état de délabrement général du bâtiment, est bien entendu de le raser, et de renaturer le secteur. Sans compter que si un jour le CEVA venait à s'arrêter en gare de Saint-Cergues, nous pourrions compter sur ce foncier pour l’accueillir !

C'est donc un combat de longue haleine qui s'est mené, et normalement, la transaction sera finalisée cette année, pour une démolition prévue l'année suivante, après dépollution du site par RFF.

 

Les commentaires sont fermés.